Cap-Education.fr

Revue numérique des professionnels de l'éducation


Du CDI au Centre de Connaissances et de Culture (CCC)

Publié par Jean-Pierre VERAN - Cap Education sur 2 Janvier 2014, 01:15am

Le 7 novembre 2013, lors d’une rencontre avec les professeurs-documentalistes de la Dordogne, l’occasion été donnée à Jean-Pierre VERAN, IPR-EVS honoraire, de répondre aux questions sur la démarche d’expérimentation proposée en 2012 par la Direction de l’enseignent scolaire de transformer les centres de documentation et d’information (CDI) en Centres de Connaissances et de Cultures (CCC). Jean-Pierre VERAN livre ici quelques unes des questions posées et ses réponses.

-La notion de service qui est au cœur des CCC est-elle compatible avec nos missions d'enseignements ? Un élève qui demande 'un service acceptera-t-il d'être accompagné dans une démarche de formation souvent plus longue que la réponse au besoin exprimé ?

Les enseignants, les professeurs ont des obligations de service, le fonctionnaire sert, il est au service de l’Etat et des citoyens. La notion de service n’est donc pas étrangère à la conception républicaine de la fonction publique d’Etat et de l’école républicaine. La notion de service, dans sa dimension pédagogique, correspond en effet à une impérieuse nécessité : celle de  développer chez nos élèves une dynamique d’appropriation des savoirs, dans un monde scolaire dominé jusqu’ici par un modèle quasi exclusif de transmission des savoirs par le maître omniscient à l’élève ignorant. Pour devenir progressivement autonome dans ses apprentissages, l’élève doit pouvoir s’appuyer sur des services élaborés à son intention, qui lui permettent de trouver des repères dans le monde de l’information en ligne et hors ligne, des médiations utiles à la progression de son parcours de formation, des possibilités de s’exercer pour acquérir une compétence donnée,  des personnes susceptibles de l’accompagner ponctuellement ou de le suivre plus régulièrement. Telle est la logique de services à valeur ajoutée du 3C.Un enseignant est au service de la réussite de chacun des élèves.

Qu’il conçoive des services qui permettent à l’élève de travailler, de se cultiver, de s’informer hors des heures de cours dans son établissement scolaire fait partie du champ essentiel de ses missions d’enseignement. Bien entendu, cela n’a rien à voir avec une caricature qui réduirait l’enseignant à servir des réponses immédiates à des besoins immédiats. Il s’agit de savoir si nous voulons refonder l’école ou conserver un mode d’enseignement qui a atteint ses limites (...).

Lire la suite de l'article au format PDF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents