Cap-Education.fr

Revue numérique des professionnels de l'éducation


Donner envie, donner confiance, donner l’exemple. Comment lutter contre la «névrose nationale» de l’échec.

Publié par Jean-Pierre VERAN - Cap-Education.fr sur 17 Mai 2014, 11:20am

http://s-www.republicain-lorrain.fr/images/C8F0C0DD-CB52-4EC1-8625-FFEB7EFAB9E3/LRL_v0_03/les-lyceens-professionnels-%28ici-a-raymond-mondon-a-metz%29-assurent-le-repas-de-des-toques-et-des-etoiles-photo-karim-siari.jpg

Envie d'apprendre et de s'engager

Des élèves en formation de cuisinier et de service qui sont applaudis, au restaurant d’application, par les clients à qui ils ont servi un repas préparé avec leurs professeurs à partir de menus élaborés par des grands chefs. Des élèves délégués de l’internat qui reçoivent de leur proviseur une lettre les félicitant pour leur élection récente et les remerciant de leur démarche de signalement des problèmes qu’y rencontrent les internes et les incitant à appeler à nouveau son attention sur les difficultés rencontrées à l’avenir. Des élèves réputés en délicatesse avec les apprentissages, à qui l’on confie la responsabilité d’être, sur une part de leur temps de formation, en responsabilité de l’accueil du public à la boutique, au restaurant, à l’hôtel, à l’agence du lycée, et qui y puisent une motivation nouvelle pour leur formation professionnelle. Non, il ne s’agit pas d’un conte, mais de la réalité quotidienne vécue dans un lycée professionnel de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme.

Nous sommes là au coeur même de la question éducative. A des élèves à qui l’on a, des années durant, signalé leurs difficultés, expliqué qu’ ils n’avaient pas le niveau, l’occasion est donnée, au lycée professionnel, d’être placés dans des conditions concrètes de dépassement de soi, d’évaluation non pas scolaire mais sociale, à travers le jugement porté par la clientèle sur leur prestation, ou l’appréciation portée par leur proviseur sur leur travail de délégués. A des élèves devenus, à force d’échec scolaire, méfiants à l’égard de l’école et doutant d’eux –mêmes, le lycée professionnel peut donner envie d’apprendre, de s’engager, redonner confiance en eux-mêmes et en leur avenir professionnel et social.

Névrose nationale

Les périodes de formation en milieu professionnel confortent cette envie, cette confiance, quand l’entreprise qui les accueille montre l’exemple du travail bien fait, de l’esprit d’équipe, du respect du code du travail. Dans le cadre de l’exercice professionnel réel, l’élève  trouve souvent une motivation renforcée.

Les trois principes d’action définis par l’accord cadre entre le ministère de l’éducation nationale et les représentants des professions de l’hôtellerie et de la restauration  -Donner envie, donner confiance, donner l’exemple - ne constitueraient-ils pas les lignes de force de toute ambition éducative ?

Ces quelques exemples, en tout cas, illustrent ce qu’il est possible de faire pour rompre avec ce qu’Alain Boissinot, président du conseil supérieur des programmes, nomme, dans un entretien récent, « une névrose nationale » : « Plutôt que d’encourager les bonnes performances, l’école française trop souvent sanctionne l’échec, comme si cette sévérité était un gage de sérieux. […] l’échec fait partie de notre culture.  […] L’échec est le fondement  d’une névrose nationale. » Et il ajoute : «  S’il est une « exigence » enseignante à saluer, c’est bien celle de faire réussir tous les élèves. »

Dira-t-on que  cela est plus facile, plus nécessaire en lycée professionnel ? Ce serait mésestimer ce qui peut être entrepris dès le début du collège, pour nous en tenir au second degré. Développer les conseils de vie collégienne, pratiquer régulièrement les heures de vie de classe, travailler en mode projet  sous la forme de « mini-entreprises », développer la pratique de l’expression collégienne et lycéenne,  à travers des médias tout en ligne ou pas, inclure dans le parcours artistique et culturel la pratique effective d’activités artistiques, développer l’engagement dans l’association sportive, mettre les élèves à l’initiative pour monter un forum des métiers,  les portes d’entrées sont multiples, pour peu que l’on se donne comme objectif premier de donner envie, donner confiance, donner l’exemple

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents