Cap-Education.fr

Revue numérique des professionnels de l'éducation


Le collège: ségrégation ou mixité ?

Publié par Jean-Pierre VERAN sur 20 Novembre 2015, 19:04pm

Le collège: ségrégation ou mixité ?

Après l’ignoble barbarie des attentats du 13 novembre, on penserait à tort que parler de l’Ecole n’est pas prioritaire. En effet, tout se tient. Il n’est pas inutile de revenir, avec l’éclairage violent porté par le 13 novembre, sur les propos tenus par la ministre le 9 novembre sur la mixité sociale au collège[1]. On les relit avec un œil différent, et ils prennent un relief particulier.

Ce jour-là, la ministre a présenté l’objectif gouvernemental de renforcement de la mixité sociale dans les collèges à la rentrée 2016. Cet objectif, après le 13 novembre, n’en est que plus pertinent, puisque, comme l’explique la ministre, "la mixité sociale n’est ni un slogan, ni une chimère, ou un totem. En République, c’est une nécessité, au fondement d’une appartenance à un projet collectif. C’est pourquoi les conclusions du comité interministériel égalité-citoyenneté du 6 mars dernier, ont fait de la mixité sociale dans les collèges un objectif majeur de l’action gouvernementale."

L’entrée choisie par le gouvernement est nouvelle. "Jusqu’à présent la façon dont les pouvoirs publics avaient géré la question de la mixité sociale c’était à chaque fois en réformant la carte scolaire, soit on l’assouplit, soit on la rend plus rigide, en fait les deux solutions sont mauvaises. La libéralisation de la carte scolaire, telle que Nicolas Sarkozy par exemple l’avait voulue en 2007 elle a été très préjudiciable aux établissements".

Il s’agit désormais, conformément à la loi de refondation de l’Ecole, d’explorer « sans dogmatisme » la possibilité de « créer des secteurs multicollèges ». "Il ne s’agit pas de forcer les familles mais de leur donner envie de mixité sociale" :

  • "Pour que les familles puissent avoir envie autant d’un établissement que d’un autre au sein de ce périmètre nouveau, il faudra travailler sur l’offre pédagogique des établissements", afin de les rendre attractifs.
  • "La mixité sociale ça ne s’impose pas, […] elle peut être désirée quand on explique aux parents que même leur propre enfant a tout à gagner à être dans dans une classe mixte et diverse ».

Deux indications importantes sont données ici.

Tirant les leçons du double échec d’une sectorisation autoritaire mais contournée et d’une sectorisation assouplie renforçant le contournement de la carte scolaire et la constitution de ghettos de rélégation scolaire, la ministre propose une politique d’incitation à l’égard des parents. Mais elle insiste sur un point capital : la mixité et la diversité doivent régner dans la composition des classes.

En effet, depuis fort longtemps, des établissements scolaires situés dans des quartiers populaires ont su créer en leur sein des classes protégées, classes bilingues ou classes à horaires aménagés, classes où ils accueillent dans un entre-soi rassurant pour les familles concernées, des élèves hors secteur, dont les parents ont envie non de mixité sociale mais d’un parcours scolaire de qualité garantie. « Pour se prémunir des effets de la ségrégation territoriale, les établissements lui ajoutent une ségrégation plus proprement scolaire, créant ainsi des élèves doublement relégués, peuplant les classes de relégation au sein des quartiers de relégation », notait déjà Eric Maurin en 2004.

On a pu voir ainsi un collège accueillant d’une part des élèves d’origine gitane dans une « classe gitane » par niveau, de bons élèves dans une classe à horaire aménagé par niveau dont les élèves fréquentent aussi assidument le conservatoire de musique, les autres classes dites « standard » accueillant des élèves très majoritairement d’origine maghrébine. Statistiquement, dans ce collège, il y a une certaine mixité sociale, puisque le pourcentage d’élèves issu de CSP favorisées n’est pas infime. Mais cette mixité sociale est un trompe l’œil. Il est saisissant en effet d’observer comment les élèves se répartissent au restaurant scolaire : ceux des classes à horaire aménagés mangent ensemble, en raison notamment de l’aménagement de leurs horaires, et parce que leur réseau relationnel se constitue entre élèves qui partagent le même parcours de réussite scolaire et musicale ; les élèves des classes dites standard sont assez peu nombreux à déjeuner au restaurant scolaire, mais ils se tiennent à « leurs tables » ; les élèves des classes gitanes, eux, ne sont pas présents. La vie scolaire et sociale des élèves dans un établissement statistiquement mixte est en fait assignée à leur groupe social, culturel et scolaire, la répartition des élèves dans les classes reflétant la séparation de leurs classes sociales et leurs différentes origines. De fait, à l’intérieur d’un collège de ce type, les élèves n’échappent pas au fait, observé par Eric Maurin, qu’« il est clairement plus difficile d’adopter une attitude positive vis-à-vis de la société dans un contexte où tout le monde échoue que dans un contexte où tout le monde réussit ».

La ministre a donc raison d’insister sur la mixité sociale dans les classes. Et l’on comprend ainsi mieux encore les choix qu’elle a fait, pour réformer le collège : par exemple, mettre fin aux classes bilingues pour proposer à tous, à partir de la 5e, l’enseignement de deux langues vivantes. On a vu, dans un collège, par exemple, les parents d’élèves des classes bilingues s’organiser en organisation distincte des associations de parents d’élèves du collège, marquant bien ainsi leur volonté de préserver l’entre soi des parents comme des enfants.

A l’heure où, plus que jamais, les valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité doivent être incarnées par notre Ecole, l’effort de mixité sociale dans les classes des collèges constitue un chantier prioritaire qui va de pair avec la réforme du collège. La refondation de l’Ecole entreprise depuis 2012 et sans aucun doute une partie de la réponse de la République aux attaques qui l’ont ciblée le 13 novembre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents